MYCHORIZE: ce n’est pas de la girolle!

MYCHORIZE: ce n’est pas de la girolle!

D’amour et d’eau fraîche, vraiment?

Moi qui pensait qu’un peu de terreau, un peu d’amour et d’eau fraîche suffisait à nourrir un arbre et bien j’avais tort! Avez-vous entendu parler de mycorhise?
Rien à voir avec la mycose, rassurez-vous on va plutôt explorer ce monde fascinant de la mycorhisation, une fontaine de jouvence pour nos bonsaï

Vous êtes mycophile? (un amateur-amoureux des champignons): vous êtes au bon endroit!
Mais si vous êtes mycophobe ou si vous pensez que je vais vous donnez mon coin à girolles: passez votre chemin! La mycorhise c’est pas de la girolle! J’aurais même pu dire « c’est pas du gâteau » tellement le système est complexe. Mais ne fuyez pas, c’est passionnant alors accrochez-vous, on va voir ça de plus près !

Éthymologiquement

Et d’abord ça vient d’où la mycorhise?

« Une mycorhize, du grec myco, « champignon » et rhiza, « racine » est le résultat de l’association symbiotique entre des champignons et les racines des plantes »

Wikipédia

On appelle cette association la mycorhization. C’est un véritable partenaire qui joue un rôle nutritif essentiel pour les deux. Les arbres troquent du sucre et de la vitamine B contre des sels et des minéraux. Résultat: 80% des feuillus et tous les conifères en sont complétement addicts.

En gros la mycorhise c’est de la colle qui permet de maintenir le substrat, la terre en bonne santé, ce qui est très intéressant pour nos bonsaïs.

Mycorhises, Mycoses, Mykonos (euh non là on s’égare…)

Ce que l’on appelle couramment champignon, comme la girolle que l’on cueille avec son pied et chapeau, n’est que la « fructification » du mycélium, son appareil reproducteur en fait.

Association de bienfaiteurs

Les mycorhizes sont à l’origine des écosystèmes les plus complexes, en particulier dans les forêts. En formant des réseaux mycéniens interconnectés ils influencent le fonctionnement de ces écosystèmes. Ces transferts sont si efficaces qu’ils remettent en cause le concept de compétition pour les nutriments entre les plantes d’un écosystème. Désolé de vous le dire mais nous ne sommes pas les inventeurs de la BioCoop!

Pour se reproduire, le champignon lâche ses spores (un peu comme la graine pour les fruits) qui se disséminent par le vent, la pluie et les déjections animales. D’où l’importance d’aller à la cueillettes aux champignons avec un panier en osier et non un sac plastique!. Ces spores germent et donnent les hyphes du mycélium qui colonisent les racines d’une plante.

lamelles-champignons
Les lamelles du champignons


Vous avez dit If? If i can fly…Non non j’ai dit Hyphes, oui c’est un mot barbare bien que personnellement je le trouve beau! C’est pas compliqué (tout est relatif) mais retenons que les hyphes sont de fins filaments, comme une micro-chevelure, capable d’explorer un très grand volume de sol.
On parlait d’association symbiotique avec les racines. Ça s’éclaircit.

La surface d’exploration exploitée par notre arbre est multipliée par 10 par les poils absorbants- la chevelure des racines, si vous préférez. C’est eux qui pompent l’eau entre autre. Tandis qu’elle est multipliée par 10 000 grâce aux mycorhizes et elles ont un coût énergétique de mise en place cent fois moindre que les racines.

C’est une centrale énergétique bien plus efficiente que ce que l’homme peut inventer aujourd’hui mais ça c’est un autre débat…

Les estimations suggèrent qu’il y a près de 50 000 espèces fongiques qui forment des associations mycorhiziennes avec 250 000 espèces végétales, c’est énorme!

La révolution verte ne date pas d’aujourd’hui

Depuis 400 millions d’années, les mycorhizes ont permis une colonisation accélérée des terres par leur capacité à extraire l’eau et les minéraux du sol.

Pas de bras pas de chocolat, pardon, pas de mycorhises pas d’arbre, pas d’arbre pas d’oxygène donc pas d’humanité. Vous voyez le topo? On se savait dépendant de la girolle ou du cèpe (selon vos préférences) pour une omelette réussie mais de là à imaginer que nous devions nos existences, notre présence sur terre à des champignons, c’est un peu fort!

omelette-aux-champignons
L’omelette, tout un art!

Ces premières associations ont permis au sol d’être plus résistant aux intempéries. Ils stockent mieux l’eau tout en améliorant la résistance des plantes au stress hydrique et au froid ou au manque d’azote. Leur tenue au vent et au ruissellement (érosion des sols par la pluie et l’écoulement d’eau) ainsi que leur résistance aux trop fortes intensités lumineuses est démultipliée.

Et pour nos bonsaï?

Si j’étais une mycorhise je m’accrocherais à vos racines, j’échangerais vos sels minéraux et vitamine B contre du sucre et je vous protègerais contre les nuisibles. Ensemble nous nous enrichirions mutuellement. « Love me tender, love me truth… »

Sur le principe vous êtes d’accord mais comment reconnaître une mychorise?

En gros, si ça sent l’humus, le sous-bois quand vous rempotez c’est que la mycorhise s’est bien installée. Votre arbre est en bonne santé.

dessin-neurones
Neurones et mycorhisation: des échanges permanents

Etant donné que l’espace des racines est restreint par la petitesse du pot on mesure l’importance de cet hôte qui travaille pour nous. Il mobilise les phosphates, les minéraux et les composés organiques. L’arbre a donc moins besoin d’engrais pour dîner.
D’autre part ils produisent des antibiotiques qu’ils libèrent dans le sol. Ils assurent ainsi la protection des racines et de l’arbre contre les micro-organismes nuisibles.

On récapitule

Vous l’avez compris la mycorhisation c’est une fontaine de jouvence. Avec sa frugalité légendaire l’arbre à trouvé sa formule pour l’éternelle jeunesse. Les plus vieux arbres connus auraient près de 9000 ans, (ou 80 000 ans pour l’ « arbre forêt » Pando aux Etats-Unis). Le plus vieux bonsaï, plus de 1000 ans! Alors un peu de respect pour les champignons et ils vous le rendront x 10 000.

Note à l’attention des désherbeurs frénétiques: s’il vous plaît si vous souhaitez traiter votre bonsaï contre les champignons, car certains sont nuisibles à son bon développement, prenez des précautions en protégeant le substrat avec un sac plastique par exemple. Un fongicide ne fait pas de distinction. Il détruit absolument tous les champignons! Et donc votre arbre…à méditer.

Si vous souhaitez une récapitulation graphique de cet article je vous invite à consulter la fiche dessinée consacré à la mycorhisation. (bientôt disponible)

Alors mycophyle !?

Si vous avez aimé l'article, vous êtes libre de le partager ;)
  •  
  •  
  •  
  •  
  •