Que faire de nos bonsaï pendant les VACANCES

Que faire de nos bonsaï pendant les VACANCES

Ça y est les vacances tant attendues arrivent et la perspective de changer d’air nous ravit. La destination est choisie, la valise se prépare et le parcours est planifié.

Mais il y a comme une ombre qui plane au dessus de cette effervescence: que faire de nos bonsaï pendant les vacances? Comment les arroser? Qui va s’en occuper? Peuvent-ils changer d’air avec nous? Y-a-t-il de la place dans la voiture ou dois-je prendre une remorque supplémentaire? Touts ces questions se posent et devrait se poser été comme hiver.

kit d’arrosage, bricolage maison, technique naturelle ou gardiennage, faisons ensemble un petit tour des solutions avant de prendre la route.

Les kits d’arrosage

Si vous êtes débutants comme moi je vous avoue que c’est une solution peut-être onéreuse pour notre petite collection. En même temps nous nous sommes attachés à nos arbres et nous ne voudrions pas qu’ils meurent, n’est-ce pas?


Vous pouvez trouver des kits d’arrosage automatique avec programmateur dans toutes les jardineries.

Le principe est simple: un réservoir d’eau, une pompe immergée dans ce réservoir, des tuyaux reliés à vos bonsaï. Il y a la possibilité du goutte à goutte permanent mais ce flux tendu d’arrosage en un point unique n’est pas optimal. L’idéal est un programmateur qui à l’heure dite ouvrira les vannes pour un véritable arrosage en fonction des besoins de chacun.
L’inconvénient est votre réserve d’eau qui doit être proportionnelle à la quantité de bonsaï de votre collection et de leur besoin hydrique. Le top est de le brancher sur un robinet extérieur.

tuyauterie-ingénierie
Un système parfois onéreux et complexe à mettre en oeuvre


Surtout ne coupez pas l’électricité générale en partant!

Si vous angoissez à cette idée il y a la solution du bricoleur!

Le bricolage maison

Voilà une solution peu coûteuse.

Si vous vous absentez pour quelques jours pensez au principe de Pascal, le savant et philosophe du XVIIè siècle.

Ce principe est celui des vases communicants. Si vous êtes déjà tombé en panne d’essence et que vous avez du siphonner un réservoir, en accord avec le propriétaire bien-sûr, alors vous savez ce que c’est.

Pour chacun de vos arbres placez à côté de lui, légèrement en hauteur, une bassine, un réservoir d’eau. Reliez les 2 contenants avec un fil de laine par exemple.

Par capillarité l’eau se diffusera petit à petit dans le substrat. Autrement vous avez la solution du conditionnement.

Le conditionnement

Là on part sur quelque chose de complètement inesthétique mais efficace. Il s’agit de l’emballage.

J’en parle car mon premier yamadori, un cèdre que l’on m’a donné, n’avait que quelques racines et peu de radicelles, sans sa motte d’origine! Il dépérissait à vue d’oeil alors instinctivement j’ai pratiqué l’emballage aéré, comme une serre personnalisée, pour limiter l’évapotranspiration. Il s’est ragaillardit.

Son équilibre est encore précaire mais sans cette serre il ressemblerait probablement à un bois mort!


L’idée est de créer un environnement humide en plaçant votre bonsaï sur des journaux humides, un bac à sable imbibé d’eau ou une coupelle par exemple. Mais attention jamais les pieds dans l’eau!

Vous emballez le tout avec un sac plastique transparent pour le substrat et un sac transparent pour le tout, feuillage et pot. Faites de petits trous pour aérer un minimum et le voilà autonome pour quelques jours.

Si vous êtes superstitieux côté technique vous pouvez vous rabattre sur l’enterrement.

L’enterrement: une technique naturelle

Ça ne vous paraît pas très réjouissant, l’enterrement! Comme je vous comprends, vous n’aviez pas prévu de dire adieu si tôt à votre nouveau compagnon. Mais attendez la fin de la cérémonie avant de partir.

Par enterrement j’entends enfouissement du pot et du substrat, non le tronc et la partie aérienne.

En effet soit vous creusez dans votre jardin soit vous prenez un bac conséquent que vous remplissez de terreau et y mettez votre bonsaï avec son pot. En arrosant abondamment vous disposez d’une réserve d’une semaine, l’arbre puisera par capillarité ce dont il a besoin.

Je n’ai pas encore testé cette méthode mais, habitant dans le sud de la France, nous sommes soumis à des étés caniculaires. Chaque année les incendies nous cernent. Alors je pense que je vais pratiquer cette technique, qui est valable également pour l’hiver, et je vous tiendrais au courant.

Et si vraiment vous partez plusieurs semaines l’idéal c’est le gardiennage.

Le gardiennage

Pour terminer parlons du gardiennage.

Il y a le gardiennage « éco-friendly » et le gardiennage professionnel.

L’éco-friendly

Vous avez des voisins, des amis, de la famille qui habitent à côté et ils seraient ravis de pouvoir enfin approcher cette collection que vous gardez secrètement.

Mais ils doivent être prêts à passer chaque jour, parfois 2 fois par jour et connaître les besoins de chacun. Tout le monde n’a pas ces connaissances ou ce temps.

L’idéal est une initiation en amont avec des fiches techniques pour chacun de vos arbres.

jardin-secret
Il faut ouvrir son jardin secret!

Il va falloir ouvrir votre jardin secret!

Le gardiennage professionnel

Il y a peut-être proche de chez vous des professionnels du bonsaï qui offrent ce service. C’est le même principe que le chenil pour les chiens. Ils sauront prendre soin de vos arbres.

Vous pouvez également envisager de les confier à un pépiniériste proche de chez vous, peut-être même celui à qui vous avez acheté votre premier arbre.

Soyez sûr à qui vous avez affaire et fournissez-leur une fiche dédiée à chacun de vos arbres. Ce sont des solutions envisageables si vous avez les moyens financiers.

Un petit conseil avant de partir

Vous devez impérativement tester la méthode choisie avant de partir afin de connaître la fiabilité et l’autonomie de votre système! Et si vous n’êtes pas à l’aise vous pouvez toujours emmener vos bonsaï avec vous.

Les contraintes seront: la place dans la voiture; Le changement de région et de climat qui ne leur plairont peut-être pas autant qu’à vous et finalement vous serez d’astreinte en vacances!

Achetez ou bricolez, confiez ou enterrez vos arbres mais ne vous empêchez pas de partir sereinement!

Si vous avez aimé l'article, vous êtes libre de le partager ;)
  •  
  •  
  •  
  •  
  •