INTELLIGENCE des arbres ou cognition sensitive?

INTELLIGENCE des arbres ou cognition sensitive?

La connaissance du monde végétal et en particulier des arbres a fait un bon incroyable depuis une vingtaine d’année. Chaque mois on en découvre un peu plus.


Au point que les alchimistes et les savoirs empiriques des paysans commencent à être pris au sérieux par la science. L’intelligence des arbres est bien plus grande que ce que nous imaginions! Mais pour éviter l’anthropomorphisme nous l’appelons cognition sensitive.


C’est est un être autonome et interdépendant qui nous fournit l’oxygène. Ça on le savait déjà.
Mais saviez-vous que leur rythme est en parfaite synchronicité avec le cosmos? Que l’arbre chatouille les nuages par évapotranspiration et est responsable de la pluie? Qu’il retient l’eau pour les nappes phréatiques et les rivières. Saviez-vous qu’il prévient lorsqu’un tremblements de terre va se produire (telles des sismographes)? Mais ce n’est pas tout, il peut également être une barrière anti-feu et c’est aussi un grand communiquant.

Cet article n’est qu’un aperçu de cette hypersensibilité intelligente mais partons à la rencontre de quelques exemples surprenants.

Texto: une communication par le vent

L’arbre a inventé le texto bien avant nous.

Tout a commencé en 1998 avec le koudou, un corvidé d’Afrique qui broute l’acacia. Quand il sent qu’il est brouté (son hypersensibilité fait la différence entre le broutage et le vent) l’acacia a la capacité de transformer le goût de ses feuilles et de les rendre plus amère et plus toxique. Et ça le koudou le sait.

C’est pour cela qu’il ne passe pas plus de quelques minutes sur un arbre avant de passer au suivant. Et il le fait en remontant le vent. Car le koudou sait également que les acacias se transmettent par texto l’information d’agression (c’est par message gazeux, l’éthylène). A réception du message les acacias voisins enclenchent leur processus de toxification de leur feuilles.

koudou
Le koudou

Ce texto, cet éthylène, permet au Cyprès également de communiquer.

L’arbre qui ne brûle pas

Lors de grands incendies ravageurs le cyprès est le seul arbre qui ne brûle pas.

C’est pourtant un résineux et les résineux flambe plutôt bien. Comment ça se fait?

Le cyprès, dès que l’incendie s’approche, dès qu’il sent que la température approche les 60°, dégaze tout ses composants gazeux. Le feu se retrouve face à un sac plein d’eau.

Comme un feu avance avec le vent cela permet au cyprès d’informer ses voisins par le texto éthylène. Et ses congénères dégazent à leur tour. Cette propriété a donné l’idée en Italie de construire des murs pare-feu à base de cyprès.

Un pare-feu en bois!

Et il n’y a pas que le feu, il y a aussi l’eau

Fluctuations liées à la Lune

En entourant le tronc de capteurs hypersensibles, Ernest Zürcher et son équipe se sont rendu compte que l’arbre se gonflait sous forme de respiration. Ils ont remarqué une variations de l’épaisseur du tronc en phase avec les marées. L’arbre est suffisamment gorgé d’eau pour être sensible et en phase avec la lune.

Pour être plus précis le fût de l’arbre s’amenuise et l’arbre grandit en période de lune montante. En lune descendante il retrouve son état premier. Et cela est mesurable même à des milliers de kilomètres de la mer. Vous saviez que vous pouviez demander un calendrier des marées pour toutes les villes du monde? On mesure même cette pulsation dans les bourgeons. Le calendrier lunaire se base sur une connaissance que les anciens avaient.

Ils sont donc synchronent avec les rythmes astronomiques, rythmes que les mayas avaient calculé avec précision.

Bio-électricité

Les péruviens ont mesuré une bio-électricité des arbres.

Ils ont posés des électrodes à différents endroits de l’arbre, avec un + et un – et vous le croirez ou pas: l’arbre génère de l’électricité suffisante pour éclairer une petite LED. Et ces LED pulsent au rythme lunaire! L’arbre pourrait également servir d’antenne puisqu’ils ont une activité électromagnétique. Vous imaginez le potentiel pour une ville?

Ces rythmes et pulsation nous font penser aux rythmes cardiaques.

Fréquence cardiaque

La fréquence, la pulsation des arbres est synchrone à celle de la terre, des enfants, des méditants et du rêve éveillé: c’est la fréquence basse Têta comprise entre 7 et 8 hertz, appelée la Résonnance de Schumann que Tesla avait prédit.

C’est pourquoi les artistes, les poètes, les enfants et ceux qui font un bain de forêt ont accès à une forme de conscience et de connexion à des informations plus subtiles.

Ah ces artistes! Et les musiciens?

Des arbres timides et musiciens

La cellule d’un arbre est entourée d’une coque. Durant sa période de croissance ces coques se frottent les unes aux autres et émettent un son.

Chaque arbre, chaque espèce à sa propre vibration, son propre son. Par conséquent il sait quel voisin le côtoie. Cette « musique » des arbres pourrait-être à l’origine de leur timidité.

On appelle timidité des arbres le fait que dans certains cas ils respectent l’espace vital de chacun en arrêtant le développement de leur ramification à l’approche de celle du voisin.

Ils anticiperaient donc leur course?

Une capacité d’anticipation

En Grande Bretagne des chercheurs ont mené une expérience avec la passiflore, une grimpante de la famille de la vigne.

Ils mettent un support devant la passiflore qui va envoyer une vrille pour s’accrocher et grimper. C’est sa raison d’être, s’accrocher pour grimper! Juste avant le contact l’expérimentateur déplace le support de 5 cm. L’expérience est répétée plusieurs fois, chaque fois le support est déplacé de 5 cm. Après plusieurs tentatives la passiflore va finalement envoyé sa prochaine vrille 5cm en aval du support.

Une forme de prédiction.

La prédiction des tremblements de terre

Les japonais cherchent perpétuellement à anticiper les tremblements de terre. Et l’on sait pourquoi.

Ils ont découvert que les racines de l’arbre sont de véritables antennes hypersensibles et peuvent capter des informations générées à des kilomètres à la ronde. En plantant une électrode sous l’écorce du tronc et l’autre sous terre entre les racines, ils ont pu générer un graphique de type électrocardiogramme sur un écran. Ils ont découvert une sensibilité plus forte que nous. Ils ressentent l’arrivée des tremblements de terre.

L’activité sur l’écran s’intensifie.

arbre-temps-résilience
L’arbre c’est du temps

Ce qu’il faut retenir

Je n’ai aucune prétention scientifique et cet article n’est qu’un modeste aperçu de la puissance du monde végétal et de l’intelligence des arbre. Nous n’avons pas parlé de leur résilience phénoménale: la plante entière est contenue dans une seule cellule qui se spécifie selon ses besoins (racines, écorce, feuilles…).

Personnellement je suis friand de ce genre d’anecdotes liés au monde de la connaissance.

Le mot « intelligence » a été défini par des hommes. Il est donc soumis à débat. Si l’on veut étendre le champ des possibles et entrevoir les capacités infinies qu’il nous reste à découvrir nous pourrions l’appeler cognition sensitive.

Quelques références pour approfondir le sujet

. L’intelligence des plantes (stefano Mancuso et Alessandra viola)
. La vie secrète des arbres (Peter Wohlleben)
. Entre visible et invisible (Ernst Zürche)
. Les histoires (géniales) de la botanique (Francis Hallé)

Faites des bains de forêt, devenez poètes et plantez des arbres!

Si vous avez aimé l'article, vous êtes libre de le partager ;)
  •  
  •  
  •  
  •  
  •