L’EMPLACEMENT idéal en extérieur: 5 erreurs à éviter

L’EMPLACEMENT idéal en extérieur: 5 erreurs à éviter

Dans l’article précédent  Le climat idéal pour nos bonsaï  il m’a semblé important de réviser nos cours sur les différents climats de France. En effet nous vivons dans un monde où l’uniformisation est croissante. Elle gomme les particularités régionales et la culture du bonsaï n’y échappe pas.

L’envie de posséder une essence « noble » est tentante mais on se retrouve vite démuni à essayer de s’en occuper. Si nous connaissons notre climat et les espèces autochtones, en tant que débutant, nous nous rapprochons de la philosophie originel et nous maximisons nos chance de réussite. Plus tard nous pourrons nous attaquer à la « noblesse ».

Mais l’été arrive alors quel est l’emplacement idéal, voici les 5 erreurs à éviter plus quelques astuces pour y remédier.

L’emplacement idéal

Si je vous dis à nouveau que ça va dépendre des espèces que vous cultivez et de votre climat vous allez commencer à perdre patience.

En fait j’insiste là-dessus et je dirais même ceci: avez-vous fait des fiches d’entretien pour chaque arbres que vous possédez? Connaissez-vous leurs particularités et leurs besoins? Ce serait l’idéal.

D’ailleurs en tant que bonsaï-ka débutant ce ne serait pas bien compliqué. A priori nous n’avons que très peu d’arbre. Donc si nous étions méthodique nous enrichirions notre culture immédiatement.


En attendant je vous propose un petit débroussaillage côté jardin.

Débroussaillage

Si vous venez de rempoter vos bonsaï il est préférable de les laisser à l’ombre le temps de la reprise racinaire. Vous pourrez l’enrichir en phosphore et en potasse 15 jours après.

En attendant voici les 5 erreurs à éviter.

5 erreurs à éviter

Evitez de placer vos arbres sous un autre arbre
Certains dégagent des substances toxiques comme la « juglone » chez les noyers.

La « juglone » est un inhibiteur respiratoire. Les plantes touchées ne peuvent pas transformer le dioxyde de carbone et l’oxygène de manière adéquate et peuvent provoquer leur mort.

Ne pas le placer contre un mur ou une vitre
En été, l’accumulation de chaleur des pierres et la réflexion de la lumière des surfaces vitrées surchauffent nos petits. En hiver ça peut conduire à un débourrage prématuré.

Évitez les endroits confinés
De l’air, de l’air, de l’air s’il vous plaît! Un arbre ça respire sinon c’est maladies et compagnie.

Evitez les endroits trop exposés
Les arbres en pot n’ont pas autant de réserve qu’en nature et l’auxine, l’hormone de croissance peut-être détruite, stoppant la photosynthèse.

Evitez les endroits trop venteux
Cela accélère la déshydratation, l’évapotranspiration. Les périodes de mistral et les étés caniculaires sont fatals pour eux.

Soleil-matinal-et-mi-ombre-après- midi
A l’ombre des bambous: soleil matinal et mi-ombre l’après-midi, le tout protégé du vent

Quelques astuces

Pour lutter contre l’air sec de l’été, ennemi redouté de nos petits arbres qui se dessèchent rapidement, créez une atmosphère, un micro-climat humide autour.


Il y a plusieurs possibilités qui s’offrent à vous:


. Dans un récipient, une soucoupe, ce que vous avez à portée de main, mettez des billes d’argile et remplissez d’eau. Posez votre pot dessus en évitant qu’il n’ai les pieds dans l’eau afin d’éviter l’asphyxie des racines. Ou bien, moins cher et plus simple: un grand bac d’eau avec une pierre au centre, sur laquelle vous posez votre arbre: vous venez de créer votre 1er paysage, une île 😉


. Une pile de journaux humides sous le pot. C’est moins esthétique, moins cher mais tout aussi efficace.


. Placez quelques tommettes ou briquettes d’argile sur le substrat. Elles se gorgeront d’eau qui sera restituée durant la journée.

Quelques éléments de réponse

Voici quelques éléments de réponses pour vous aider à choisir l’emplacement idéal pour vos bonsaï.

Au printemps vous pouvez les laisser en plein soleil, c’est même conseillé pour les jeunes arbres en cours de formation. Si quelques feuilles brûlent ne paniquez pas, arrosez un peu plus souvent et laissez la nature faire.
Par contre en été on privilégiera le soleil du matin. L’intensité monte progressivement jusqu’à l’ombrage de l’après-midi.

– Les Pins peuvent rester toute l’année au soleil sans protection particulière mais pensez à les arroser tout de même. Sauf pour ceux qui viennent d’être rempotés, il est préférable de les placer à la mi-ombre le temps qu’ils reprennent.
– Les hêtre, ormes, érables…sont plutôt soleil du matin et mi-ombre l’après-midi.

Si votre jardin ou votre terrasse est déserte et que vous n’avez pas de pergola il existe des filets d’ombrage.

Filet d’ombrage

Il en existe de toutes les couleurs, qui laisse plus ou moins passer la lumière, à touts les prix.


Je pense que le filet commence à être utiles quand nous avons une grande collection. En tant que débutant ils représentent encore un coup supplémentaire et pour le peu de bonsaï que nous avons ce n’est pas bien utile. 

Il faut se trouver des alternatives. Dans mon jardin par exemple il y a un bosquet de bambou. Comme il est haut il fait de l’ombre (le bambou ne dégage rien de toxique). Je place mes bonsaï sur des palettes récupérées et je les déplace autour en fonction de la saison et de l’ensoleillement.

Si on récapitule

Les pins adorent le plein soleil toute la journée, sauf en cas de rempotage laisser le mi-ombre pour qu’il reprenne.
Les arbres à feuilles caduques et à fruits, gourmands en eau, préfèreront une exposition mi-ombre où ils peuvent profiter du soleil matinal et être ombragé à partir de midi.
On évite les lieux plein vent pour la déshydratation. Des canisses de bambou peuvent faire l’affaire.
Enfin on peut recréer une ambiance humide en faisant une île surélevé sur un bassin d’eau.

Allez dans votre jardin chaque jour. Regardez les ombres et lumières et déplacez vos bonsaï jusqu’à leur trouver THE place to be!

Si vous avez aimé l'article, vous êtes libre de le partager ;)
  •  
  •  
  •  
  •  
  •