Comment choisir la FACE de son bonsaï

Comment choisir la FACE de son bonsaï

Nous venons d’avoir un coup de coeur en pépinière pour notre premier plant, notre premier futur bonsaï.

Cela peut-être également le fruit d’une envie de commencer avec une espèce que l’on affectionne. Un érable, un orme, un olivier ou un fruitier pour sa généreuse floraison. En rentrant à la maison on de demande bien ce qui va faire de lui un bonsaï.

Avant de s’attaquer à la taille de structure et à la taille de forme il est primordiale de savoir comment choisir la face de son bonsaï.


Voici quelques éléments simples et élémentaires qui vous aideront à faire un choix.

Un choix cornélien

Tourner autour du pot

Je me souviens de ce choix avec mon prunus kojo no mai.

Bien qu’ayant eu un coup de coeur (il ressemblait dans sa forme à son grand frère du jardin) j’ai tourné autour du pot pendant plusieurs jours pour être sûr de mon choix et ne pas faire d’erreurs. J’ai littéralement tourné autour, je l’ai observé sous touts les angles.

Ma main me servait de paravent afin d’imaginer certaines coupes.

Ce choix de la face est donc un point de vue très personnel. En effet il est très étrange d’imaginer un arbre sous un seul angle. A priori dans la nature il n’y a pas de face. Mais réfléchissez bien et vous verrez qu’il y a toujours un angle que vous préférez.

Et cet angle, pour nos bonsaï, est celui que nous offrirons au spectateur, loin de la symétrie.

L’asymétrie

Un arbre n’est pas symétrique.

Il peut l’être dans sa jeunesse mais c’est rare. De plus la symétrie est loin d’être quelque chose que l’on retrouve à l’état naturel. Il va donc falloir l’inspecter des racines au sommet et déterminer une perspective car il s’agit d’une sculpture vivante. Et une sculpture c’est de la 3D. Dès que votre arbre vous semble plat, qu’il manque de dynamisme vous devez trouver un autre point de vue. Et cette face déterminera la formation future.

Commençons par les racines.

Depuis les racines

La découverte des racines

Lorsque vous avez votre arbre, je vous invite à découper avec une paire de ciseaux le 1/3 du pot (s’il est en plastique bien sûr).

Ensuite à l’aide d’une baguette chinoise vous commencerez à gratter la terre, à la retirer petit à petit pour mettre à jour le système racinaire affleurant. C’est un moment assez plaisant, on découvre la partie cachée qui a son mot à dire.

Les racines ne sont jamais présentées face au spectateur. Elles vont donc vous donner une première indication. Les plus belles, les plus grosses sont en général exposées de profil. Si vous n’en trouvez pas qui vous apparaisse comme majeure alors vous pouvez en sélectionner quelques-unes sans trop en couper. Les restantes se renforceront.

Quelques conseils

. Évitez d’avoir un enracinement trop régulier en étoile, la symétrie n’est pas quelque chose de naturel.


. Évitez d’avoir des racines dans le même axe. S’il n’y a que de la fine ramification c’est tant mieux pour la santé de votre arbre. Mettez-le en culture (une grosse caisse) pour développer les racines de manière conséquente. Ensuite ne faites pas comme moi:


. Évitez d’attacher votre arbre au pot pour le fixer en passant sur les racines: vous allez les marquer et les abimer. Il n’y a que les cascades ou les troncs penchés qui nécessitent une attache. Pour les autres protégez-les du vent en attendant l’enracinement suite au rempotage. Si le choix d’après l’implantation des racines est un bon indicateur il ne fait pas tout.

Le tronc est également un facteur important.

Depuis le tronc

Si les racines ne vous ont pas aidé à déterminer une ou plusieurs faces possibles il est possible de se baser sur le tronc. C’est peut-être même le coup de coeur que vous avez eu: son écorce et son inclinaison.


Pour une courbe d’arbre vous avez deux profils possibles. Sachez qu’il est primordial qu’elle ne se dirige pas vers le fond ni vers le spectateur.

Vous perdrez toute perspective et ce serait irrévérencieux!

Et ça, ce serait dommage.

Vous déterminerez cette courbe, cette inclinaison du tronc avec son premier tiers depuis les racines. Il faut également penser à la largeur. Cette largeur de tronc doit être mise en perspective. On doit la sentir. C’est ce qui donne de l’âge à nos bonsaï. Enfin il arrive que parfois le tronc ne soit pas celui que l’on imagine au départ. Il pourrait se prolonger sur une première branche en taillant tout le haut de l’arbre. Mais nous verrons cela quand nous serons un peu plus avancé.

En attendant nous pouvons également choisir la face d’après l’implantation des branches.

Depuis les branches

Si vous avez un arbre sans tronc intéressant ni racines dignes de ce nom, attention c’est votre dernier choix Jean-Pierre. Mais peut-être est-ce le plus intéressant et le plus dur à opérer.

Les branches basses, les plus épaisses, sont les plus âgées. Elles sont donc structurellement vitale pour la « cohérence historique » de votre arbre. Leur amplitude donneront de l’âge à votre arbre.
Les plants de pépinière sont souvent en manque de celle-ci. Il va falloir composer avec. Avant tout regardez l’espèce que vous avez choisit à l’état naturel (il est très rare qu’une branche croise le tronc par exemple – c’est le moment de lire ou relire 10 règles simples pour un bonsaï harmonieux). Ensuite adaptez-vous aux caractéristiques de votre arbre. Il ne faut aller contre sa formation naturelle.

Certains vous diront de commencer par la cime et de nettoyer en descendant pour découvrir la structure. Nous verrons cela plus en détail dans un article suivant. L’avantage est que nous ne sommes pas influencé par ce qu’on croit voire.

D’autres vous dirons de remonter depuis les branches basses car la primauté va à celles-ci.

Personnellement je fais des allers-retours. Je plonge le nez dans la cime, je prends du recul, fais tourner le pot, repart des branches basses…L’inconvénient est que le plaisir de la taille peut nous faire oublier le projet de départ et on se retrouve vite avec un arbre déplumé 🙁

On récapitule

. On tourne autour du pot. Pour une fois qu’on vous y autorise prenez ce temps. Observez votre arbre pendant plusieurs jours. Une fois que vous semblez avoir une idée:


. Découpez le pot et mettez les racines affleurantes à nu. Evitez un racinaire étoilé et symétrique.


. Choisissez l’inclinaison du tronc depuis son premier tiers avec le côté le plus épais et positionnez les racines sur le côté.


. Sélectionnez les branches basses les plus pertinentes et nettoyez l’intérieur.

En cas de doute sur tout cela, mettez-le en culture un an minimum et apprivoisez-le. Il serait dommage d’aller trop vite et de partir du mauvais tronc !
Nous aborderons la taille de structure et la taille de mise en forme dans un prochain article.

En attendant

Tournez autour du pot et dansez autour de votre arbre!

Si vous avez aimé l'article, vous êtes libre de le partager ;)
  •  
  •  
  •  
  •  
  •